21.11.2016

SPI - Medienmitteilung vom 14 . November 2016


Membro CVS Membro CVS | 18.05.2015

Hommage de Mgr Markus Büchel suite au décès de Hisham Maizar


Servizio d'informazione | 13.03.2015



Tutti i documenti

12.12.2011

Discorso dell'On. Erwin Jutzet, Presidente del Consiglio di Stato del Canton Friburgo

Allocuzione dell'On. Erwin Jutzet, Presidente del Consiglio di Stato, in occasione dell'ordinazione di Mgr Charles Morerod, Friburgo, l'11.12.2011

Excellences Messieurs les Nonces apostoliques,
Mesdames et Messieurs les Conseillers d’Etat des cantons de Genève, Vaud, Neuchâtel et Fribourg,
Mesdames et Messieurs les Parlementaires fédéraux,
Mesdames et Messieurs les représentants des autorités judiciaires fédérales et cantonales,
Mesdames et Messieurs les représentants des autorités religieuses,
Mesdames et Messieurs les représentants des autorités militaires,
Mesdames et Messieurs les représentants des autorités cantonales, communales et paroissiales,
Mesdames et Messieurs, chers invités,

C’est avec honneur et émotion que je prends parole en cette cathédrale St-Nicolas pour adresser à notre nouvel évêque les fraternels voeux de bienvenue des autorités politiques de son diocèse. Au nom de mes collègues conseillères et conseillers d’Etat des Républiques et cantons de Genève et Neuchâtel et des cantons de Vaud et Fribourg, je souhaite transmettre à Monseigneur Charles Morerod nos sincères félicitations et lui dire notre grande joie de le voir accéder à cette charge épiscopale.

Votre arrivée comble un manque dans les coeurs et les esprits d’un grand nombre de nos concitoyennes et de nos concitoyens. Un manque qui n’a cessé de grandir depuis le décès de Monseigneur Bernard Genoud. Bien qu’accaparés par la gestion des affaires séculières et par la relève des défis qui s’offrent à nos cantons respectifs, nous avons perçu les grandes attentes que suscitait dans la population la vacance à la tête du diocèse.

Pour les fidèles de l’Eglise catholique, ces attentes sont bien sûr d’abord d’ordre religieux. Et Monseigneur Cottier, dans son homélie, a rappelé l’essence de votre mission de témoin de la foi et les défis qui s’offrent à vous sur ce plan dans notre société moderne. Mais plus généralement, et pour une part plus vaste de la population qui comprend de nombreux fidèles d’autres confessions ou religions, ces attentes relèvent du spirituel au sens large, des valeurs, du « savoir-être ».

In unserer Gesellschaft zu Beginn dieses 21. Jahrhunderts geht der Rückgang der Religiosität, wie ihn seine Eminenz Cottier beklagt, einher mit einer allgemeinen Ernüchterung gegenüber der Gemeinschaft. Viele unserer Zeitgenossen fühlen sich im Hinblick auf ihre Zukunft verunsichert. Sie nehmen wahr, wie sich der Graben zwischen ihnen und den Privilegierten unserer Gesellschaft verbreitert. Sie sehen, wie Ungerechtigkeiten und Gründe zur Empörung sich mehren. Und sie verlieren den Glauben in unsere Fähigkeit, gemeinsame Antworten zu finden und für die Zukunft eine gerechte Gesellschaft zu bewahren, die auch wirklich jedem einzelnen Mitglied Beachtung zu schenken vermag.

Diese Ernüchterung zeigt sich leider häufig in einem Abkapselungsprozess. Dann verbreitet sich Misstrauen auf Kosten des Vertrauens. Egoismus untergräbt Grossmut und Selbstlosigkeit. Der soziale Zusammenhalt zerbröckelt und wird von Gleichgültigkeit gegenüber den Mitmenschen überlagert, wenn nicht sogar von Verachtung oder Hass.

Wir brauchen aber mehr denn je einen starken sozialen Zusammenhalt, um eine gerechte und solidarische Gesellschaft zu erhalten, die den menschlichen Werten des christlichen Glaubens, und auch der weiteren grossen Religionen, die mittlerweile in unserem Land vertreten sind, treu bleibt. Dieser soziale Zusammenhalt ist eine der grossen Herausforderungen der politischen Behörden, aber wir sind uns bewusst, dass wir diese Herausforderung nicht allein angehen können. Die Kirche hat in dieser Hinsicht eine tragende Rolle und ich glaube, ein Teil der Hoffnungen, die unsere Mitbürgerinnen und Mitbürger in Sie setzen, eure Exzellenz Morerod, ruhen auf diesem sozialen Engagement.

De nombreuses personnes attendent un évêque qui les accompagne dans leur parcours humain, qui leur transmette des valeurs et du « savoir-être » qui les aident à agir pour le bien de tous. Un évêque proche des gens et de leurs préoccupations, un évêque jetant sur les grandes questions de notre temps une lumière de spiritualité, de générosité et d’humanisme.

Monseigneur Morerod, je suis sûr que vous serez cet évêque. Soyez donc par avance remercié pour votre engagement aux côtés de la population de nos quatre cantons.

La rumeur en est parvenu jusque dans les murs de cette cathédrale : vous vous plaisiez tant à Rome que vous espériez secrètement ne pas être nommé évêque. Et vous croyez voir une touche d’humour divin dans cette nomination qui vous fait retrouver ce canton de Fribourg qui vous a vu naître. J’ai parlé tout à l’heure des espoirs que la population place en vous et en votre engagement auprès d’elle. Pour conclure sur une notre plus légère et poétique, je crois qu’Alfred de Musset a parfaitement résumé notre sentiment à tous dans son poème popularisé par Georges Brassens et qui porte le titre de circonstance « A mon frère, revenant d’Italie » :

Ami, ne t’en va plus si loin,
D’un peu d’aide j’ai grand besoin,
Quoi qu’il m’advienne.
Je ne sais où va mon chemin,
Mais je marche mieux quand ma main
Serre la tienne.

Au nom des peuples de Genève, Neuchâtel, Vaud et Fribourg, je forme le voeu que vous serez avec bonheur, pour chacune et chacun d’entre nous, ce frère qui nous accompagne sur le chemin.